5 conseils pratiques pour réussir l’isolation de sa maison

Lorsque vous entreprenez des travaux de rénovation énergétique, l’un des secteurs importants que vous ne pouvez pas négliger reste l’isolation. Elle vous permettra de réduire la fuite de chaleur en hiver et d’équilibrer la température interne durant l’été. Mais pour tirer réellement un profit de l’isolation de votre maison, vous devez la réussir. En plus de trouver le bon professionnel qui conduira les travaux, vous devrez aussi suivre quelques règles simples. Dans cet article, nous vous présentons 5 conseils pratiques qui ne manqueront pas de vous servir.

Effectuer un bilan thermique avant l’isolation

Pour réussir l’isolation de votre maison, la première étape consiste à définir vos réels besoins et à trouver les solutions adéquates. À cet effet, vous devez effectuer avant tout un bilan thermique. Cette étude personnalisée tient uniquement compte de votre cadre de vie et des performances énergétiques de la maison. Elle vous permettra entre autres d’obtenir la liste des travaux à réaliser en priorité. Pour commencer, référez-vous à un professionnel accrédité pour effectuer un diagnostic de performance énergétique (DPE). Grâce à son rapport final, vous aurez une meilleure idée de la consommation énergétique annuelle de votre logement. Ensuite, demandez un bilan thermique personnalisé.

Avec ce bilan, vous connaitrez avec précision la consommation énergétique de chaque pièce de la maison. Ceci vous permettra de savoir quel type d’isolation choisir pour résoudre chaque problème. Toutefois, à la différence du diagnostic (DPE) qui vous coûtera environ 200 €, le bilan personnalisé pourrait vous revenir à 800 € voire 1500 € selon le nombre de pièces. Après cette étape, vous pourrez alors vous poser cette question primordiale pour les travaux : Comment choisir son isolation écologique ?

Le choix des isolants pour les travaux

Pour réaliser l’isolation de votre maison, vous disposerez du choix entre de multiples isolants. Chacun d’eaux possède des caractéristiques spécifiques et jouent de différents rôles. Par conséquent, si vous ne maitrisez pas ce domaine, vous pourrez facilement vous tromper au moment de vous procurer les isolants nécessaires. C’est pour cela que vous devez vous référer à un artisan compétent pour prendre tout en charge. Pour vous en donner quand même une idée, voici quelques isolants dont vous aurez besoin lors des travaux :

  • Les panneaux : ils s’utilisent généralement pour l’isolation des murs à cause de leur rigidité ;
  • Les rouleaux : ils se distinguent par leur malléabilité et s’insèrent donc facilement entre deux éléments durs comme la charpente et une planche ;
  • Les billes, granules et flocons : ils peuvent être projetés sur le sol de greniers ou dans les interstices de toitures.

Tous ces isolants sont conçus avec des matières d’origine minérale, végétale, animale ou synthétique. De même, ils possèdent des caractéristiques techniques très variées à savoir : une capacité technique massive, un coefficient de transmission surfacique, une conductivité thermique, un déphasage thermique, une résistance thermique.

Choisir le meilleur artisan pour l’isolation

Pour vous assurer de bénéficier des résultats impeccables, vous devez vous orienter vers un professionnel compétent et doué pour l’isolation. Vous disposez de différentes options pour trouver celui qu’il vous faut. Vous pourrez par exemple demander l’avis d’un proche ou d’un collègue. Celui-ci pourra vous recommander un artisan. Comme alternative, vous pourrez également visiter les sites des entreprises professionnelles afin de consulter leurs qualifications et les divers travaux réalisés. Ensuite, vous pourrez contacter celle qui vous semble plus apte à effectuer l’isolation de votre logement. De plus, vous devez vérifier que votre artisan dispose d’une certification RGE et des matériaux conformes. Savez-vous pourquoi ?

Pour une isolation de votre maison, vous êtes éligibles à certaines aides publiques, mais sous de diverses conditions. Entre autres, l’artisan qui prend en charge le chantier doit être certifié RGE (reconnu garant de l’environnement). Ensuite, il doit utiliser pour ses prestations des matériaux certifiés. Ces différentes informations doivent figurer sur le document qu’il vous remet avant le début des travaux. Pour choisir le meilleur artisan avec toutes les certifications, vous pourrez vous rendre sur les sites officiels du gouvernement.

Planifier les différents travaux d’isolation

Si vous souhaitez réaliser vous-même les travaux ou si vous devez les confier à un professionnel, il est toujours bien d’avoir une vue d’ensemble du chantier. Généralement, après le bilan thermique personnalisé, vous saurez par où commencer.

L’isolation des combles

Pour ce qui concerne la perte de chaleur dans une maison, c’est par la toiture qu’elle s’effectue (près de 30 % des pertes de chaleur passent par la toiture). À cet effet, vous devez commencer les travaux d’isolation par le haut. Si vous possédez des combles perdus (avec une charpente légère non aménageable), vous pouvez poser sur le sol des rouleaux isolants, ou souffler simplement de la laine sur les surfaces.

Par contre, si vous avez des combles aménagés, vous pouvez opter pour une isolation par l’intérieur (avec la pose de panneaux semi-rigides ou en rouleaux) ou par l’extérieur (vous devrez alors enlever le revêtement de la toiture).

L’isolation des murs

Les murs représentent aussi environ 25 % des pertes de chaleur dans une maison. Pour y remédier, vous pouvez opter pour deux types d’isolation à savoir :

  • L’isolation par l’extérieur : plus efficace sur le plan thermique, elle se réalise avec des panneaux isolants, avec la technique de bardage, ou encore à l’aide d’une pâte isolante ;
  • L’isolation par l’intérieur : plus économique, elle évite de devoir modifier l’aspect extérieur de la maison, mais elle réduit l’espace disponible à l’intérieur.

L’isolation des fenêtres

Pour isoler votre maison, vous ne devez pas non plus oublier les fenêtres qui représentent près de 15 % des pertes de chaleur. Ici, vous pouvez opter pour du triple vitrage (avec de gros travaux) ou simplement un double vitrage. Si vous recherchez une solution plus économique, vous pouvez choisir une fenêtre composée de deux vitres séparées par une lame d’air. De même, le double vitrage avec une isolation renforcée demeure une alternative. Il possède une fine couche d’atomes d’argent, ce qui permet de recevoir la chaleur extérieure tout en bloquant la chaleur intérieure. Toutefois, si vous le voulez, vous pouvez installer des fenêtres avec un triple vitrage. Ici, en plus du prix de la fenêtre elle-même (entre 600 et 1 500 euros), vous devrez prévoir les frais de remplacement des dormants et de la maçonnerie. En bref, le triple vitrage possède trois parois vitrées, avec deux lames d’air.

L’isolation du plancher

Lorsque le plancher de votre maison se situe au-dessus d’un sous-sol non chauffé, son isolation devient indispensable. Elle vous permettra non seulement de limiter les pertes de chaleur (entre 8 et 10 %), mais aussi de réduire votre consommation énergétique. Pour les travaux, voici les solutions qui s’offrent à vous :

  • Une option simple : fixer des panneaux au plafond du sous-sol ;
  • Un sous-sol voûté : choisir une isolation par flocage ;
  • Une maison de plain-pied (sans sous-sol) : poser des panneaux isolants sur le sol et couler une chape de béton.

Une bonne estimation du budget de l’isolation

Avant le début des travaux d’isolation de votre maison, vous devez vous assurer de disposer des fonds nécessaires. Pour cela, établir un budget en tenant compte des matériaux demeure primordial. Afin d’avoir déjà une bonne idée des dépenses, voici quelques estimations :

  • L’isolation des murs : pour une isolation par l’intérieur, prévoyez entre 50 € et 70 €/m², et 150 €/m² pour une isolation par l’extérieur ;
  • L’isolation des fenêtres : un double vitrage en PVC vous coûtera environ 850 € (et 1000 € en aluminium) ;
  • L’isolation du plancher : prévoyez entre 15 € et 20 €/m² pour la pose de panneaux de laine de verre ou de roche ;
  • L’isolation du toit : les combles perdus coûtent 40 €/m², les combles aménagés reviennent à 80 € et 130 € pour les travaux à l’extérieur.

Auteur de l’article : Camille

Camille
Grande voyageuse et très sensible à tout ce qui touche à l’environnement, le tire la sonnette d'alarme à travers ce blog tout en essayant de sensibiliser les plus septiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *