De grandes réserves d’hydrogène naturel confirmées au Mali

Les réserves d’hydrogène naturel du bassin de Bourakébougou (sud-ouest du Mali) sont plus importantes qu’initialement estimées, assure une équipe scientifique internationale qui vient de publier les résultats de son étude. Selon les chercheurs, le bassin de Bourakébougou contient « cinq réservoirs superposés » et son diamètre pourrait « dépasser largement les huit kilomètres » jusqu’alors estimés.« Il est possible de confirmer la présence d’un important champ d’hydrogène qui comprend au moins cinq réservoirs superposés qui contiennent chacun des quantités importantes d’hydrogène sur une surface estimée qui dépasse largement les huit kilomètres de diamètre », indique l’équipe du professeur Alain Prinzhofer, de l’Institut de Physique du Globe de Paris dans un article publié dans la revue spécialisée International Journal of Hydrogen Energy.

Selon les chercheurs, le bassin de Bourakébougou possède « les caractéristiques géologiques et géochimiques uniques d’un système d’hydrogène actif », ce qui sous-entend que l’hydrogène est toujours en cours de formation et que son exploitation serait durable. « Cela ouvre des perspectives nouvelles pour une future exploitation industrielle de l’hydrogène », poursuivent-ils.

Une exploitation industrielle qui pourrait être d’autant plus viable que selon l’article du International Journal of Hydrogen Energy, « la géochimie de surface indique que la présence d’hydrogène pourrait s’étendre jusqu’à des distances de plus de 150 kilomètres ». Une nouvelle donne pour l’exploitation industrielle de l’hydrogène naturel au Mali, d’autant plus que les réserves du bassin de Bourakébougou sont « relativement purs », et donc facilement exploitables.

Les découvertes de l’équipe du professeur Prinzhofer « soulignent l’intérêt économique potentiel d’exploitations d’hydrogène naturel dans des zones continentales onshore. L’estimation actuelle du prix d’exploitation (de l’hydrogène naturel) est nettement moins cher que l’hydrogène produit en usine, que ce soit à partir d’énergie fossile ou d’électrolyse ».

De l’hydrogène naturel a été découvert dans la région de Bourakébougou (à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Bamako) à la fin des années 1980. Depuis 2011, la société Petroma a lancé une unité de production pilote (la première au monde) qui permet de fournir de l’électricité aux habitants des environs. Les découvertes du professeur Prinzhofer pourraient accélérer l’exploitation industrielle du site.

Auteur de l’article : Manu

Manu
Grand voyageur et très sensible à tout ce qui touche à l’environnement, le tire la sonnette d'alarme à travers ce blog tout en essayant de sensibiliser les plus septiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *