Économie collaborative et circulaire : quel intérêt en matière d’écologie ?

La révolution industrielle ne comporte pas que des avantages. Elle désigne un processus de changement rapide de l’industrie qui a eu un impact profond sur tous les secteurs d’activités. En d’autres termes, elle a modifié le fonctionnement de la société. Outre l’impact du développement économique, cette révolution a entraîné de grandes mutations en ce qui concerne la consommation. En effet, la consommation a véritablement changé. Plutôt que de s’engager dans un cycle de consommation responsable, la société est aujourd’hui sujette à une forme de production linéaire et de possession. Ce qui constitue d’ailleurs un impact négatif sur la protection de l’environnement.

Pour une communauté de consommation durable et incluant la protection de l’environnement, il est important que les sociétés s’engagent dans une forme d’économie collaborative et circulaire. Quel est alors l’intérêt écologique de cette nouvelle forme de consommation ?

L’économie circulaire : une production durable

Selon l’Ademe, la notion d’économie circulaire fait référence à une économie consistant à s’engager dans la production des biens et services de façon durable. Ce qui contribue à réduire la consommation et le gaspillage des ressources, ainsi que la production des déchets. L’économie circulaire invite donc toutes les sociétés à passer du stade du « tout jetable » à un niveau de consommation responsable où aucune ressource ne se perd, mais se réutilise. L’économie circulaire est une économie qui garantit la sécurisation des approvisionnements. Elle favorise cependant, l’approvisionnement en ressources naturelles afin de répondre à de nouvelles formes de consommation et de réduction des coûts. Par exemple, pour favoriser une économie de consommation responsable, la plupart des entreprises opèrent une sécurisation des approvisionnements en procédant à un recyclage ou une collecte de leurs produits et un recyclage des déchets.

En d’autres termes, l’économie circulaire propose une nouvelle conception des modèles économiques qui sont différents de l’approche linéaire de l’économie. Grâce à l’économie circulaire, les sociétés doivent repenser les modèles économiques déjà disponibles pour qu’ils soient compatibles avec les réalités actuelles. Il s’agit de procéder à la réconciliation de la croissance et de l’environnement comme le précise le rapport lors de la COP22.

En résumé, l’économie circulaire représente aujourd’hui une chance pour contribuer à la croissance économique tout en sauvegardant les intérêts environnementaux.

L’économie collaborative : une approche socio-économique nouvelle

Encore appelée « économie de partage », une économie collaborative est le schéma typique d’une économie de pair à pair. Plutôt que de s’appuyer sur une consommation singulière, l’économie collaborative fait référence à l’échange de biens, de connaissance entre particuliers qui peut faire recours à l’échange monétaire (vente, location, prestation de service) ou non (dons, troc, volontariat). Aucun secteur d’activité n’est épargné par l’économie collaborative.

Les différents secteurs d’activités :

  • L’immobilier : on assiste à une location entre particuliers, une colocation, ou un échange d’appartements, etc. ;
  • Le transport : la mise en location de véhicules entre les particuliers, la revente ou l’échange de billets de déplacement, le covoiturage, etc. ;
  • L’alimentation ;
  • Le textile : l’achat ou revente de vêtements, don, troc, etc. ;
  • Services d’aide entre particuliers : les courses, le bricolage, le gardiennage, etc. ;
  • Achat ou vente de matériel d’occasion ;
  • Etc.

L’adoption de l’économie collaborative a été favorisée par la crise économique et financière de 2007 à 2008. Étant à la recherche d’économies et de revenus complémentaires, certains particuliers ont dû proposer leurs biens ou leurs services à d’autres, contre une rémunération. Dans une économie collaborative, le but est de favoriser l’usage des biens plutôt que leur possession. L’économie collaborative s’inscrit favorise en effet, une éthique environnementale. En 2016, la France fait partie des pays ayant connu une réelle ascension dans l’économie collaborative grâce à l’adoption d’un environnement réglementaire qui permet le développement des services collaboratifs.

En résumé, l’économie collaborative est un modèle économique qui s’appuie sur des réseaux ou des communautés d’usagers. Elle vise une mutualisation des ressources matérielles ou immatérielles et se base sur des échanges horizontaux. Par ailleurs, l’économie collaborative se développe grâce aux plateformes numériques, se comportant comme des intermédiaires entre les usagers.

Économie circulaire : pour une transition écologique réussie

L’économie circulaire est un modèle économique qui favorise la production des biens et services, qui inclue une utilisation et une réutilisation judicieuses des matières et des énergies. En général, elle tient compte de la problématique écologique et économique afin de développer la compétitivité des entreprises en tenant compte de la raréfaction sans cesse croissante des ressources et de la volatilité du prix des matières premières. À l’opposé de l’économie linéaire, l’économie circulaire n’a aucun impact environnemental. Elle a de nombreux avantages écologiques.

En effet, l’économie circulaire permet de :

  • Réduire la consommation des ressources naturelles (matière première, eau, énergies, etc.) : elle favorise la réutilisation des ressources à travers la dématérialisation de l’économie. Contrairement à l’économie linéaire qui permet de produire de la richesse sans se soucier de la préservation des ressources, l’économie circulaire permet d’apporter une réponse favorable aux enjeux écologiques pour un monde plus prospère ;
  • Favoriser la réduction des émissions de CO2 : en l’espèce, il s’agit d’adopter une stratégie verte qui permettrait de produire et de préserver à la fois l’environnement. Par exemple, l’adoption de l’économie circulaire constitue un atout pour l’implémentation des accords de Kyoto. Lorsque les pays de l’Union européenne feraient une meilleure gestion des déchets municipaux, cela contribuerait à éviter l’émission d’une importante quantité de gaz à effet de serre.

En France, l’économie circulaire contribue à optimiser la consommation d’énergie. En effet, en 2006 la France a pu effectuer une économie d’environ 2,3 % de la consommation totale d’énergie non renouvelable.

Bon à savoir : l’économie circulaire est un facteur de création d’emplois et de richesse. À la longue, elle est en mesure de faciliter la compétitivité des entreprises nationales.

En somme, l’économie circulaire sonne la fin de l’obsolescence, du gaspillage et encourage le recyclage. De même, elle permet de lutter contre le réchauffement climatique à travers la réduction induite des émissions de gaz à effet de serre.

L’intérêt écologique de l’économie collaborative

La définition de l’économie collaborative permet d’affirmer qu’elle est basée sur la collaboration au sein des divers agents économiques. Dans une certaine mesure, l’économie collaborative intègre la notion d’économie circulaire, puisque les deux font recours à la collaboration et le partage des ressources et des déchets. L’économie collaborative présente des gains écologiques grâce au partage, l’échange et les dons qui participent à la diminution des besoins en biens neufs. Dans l’économie collaborative, les foyers et les collectivités réalisent des économies tandis que l’extraction de matières premières et la consommation d’énergie sont diminuées. Outre l’extraction de matières premières et la consommation d’énergie, la production de déchets est également réduite.

L’économie collaborative favorise la mutualisation et le partage de biens ou de connaissance entre les particuliers. Elle propose un modèle économique nouveau porteur de bénéfices pour le climat.

Notez que la notion d’économie collaborative est étroitement liée à celle d’économie circulaire. En effet, ces deux approches encouragent l’adoption d’un modèle qui promeut l’usage plutôt que la possession. L’économie circulaire entraîne donc l’utilisation des biens et leur « réparabilité ».

La consommation collaborative permet la préservation des ressources naturelles et la réduction des déchets. Ces deux éléments sont essentiels dans une société de consommation qui doit intégrer ses responsabilités écologiques. La consommation collaborative repose sur le principe du partage de l’existant. L’économie collaborative à travers la consommation collaborative permet d’éviter le gaspillage en partageant les biens avec des personnes qui sont dans le besoin.

Toutefois, l’économie collaborative sera bénéfique pour l’environnement que sous certaines conditions. Par exemple, lorsqu’on fait recours au covoiturage dans le cadre d’une consommation collaborative, il serait avantageux que sur une courte distance. En ce qui concerne la location d’appartement par exemple, l’effet positif sera en fonction de la surface du logement. Dès lors que la surface augmente, l’impact environnemental du logement connait également un accroissement. Par ailleurs, il ne faudrait pas ignorer les effets rebond. Si le prix de la location est moindre, cela peut occasionner un temps d’occupation plus long.

En résumé, il est possible de changer les modes de vie avec l’économie circulaire afin d’agir positivement sur l’environnement. Cela passe par :

  • Le recyclage : le recyclage permet de transformer les déchets en ressources afin d’éviter l’extraction des matières ;
  • Le réemploi, la réparation et la réutilisation : cela consiste dans un premier temps à remettre le produit dans le circuit, ensuite le réhabiliter au besoin et sa réutilisation consiste à intégrer l’ensemble constitutif du produit dans un nouveau cycle de production ;
  • La consommation collaborative et l’usage : elle favorise l’usage des biens et la prolongation de leur durée de vie ;
  • L’économie de la fonctionnalité : acheter l’usage d’un produit plutôt que le produit en lui-même ;
  • L’écoconception : cela fait référence à la conception des produits facilement recyclables ou réutilisables ;
  • L’extraction et les achats durables : adopter une politique d’achat responsable qui tient compte des enjeux environnementaux ;
  • L’écologie industrielle et territoriale : mettre en réseau les acteurs de développement sur un même espace afin d’optimiser les échanges de flux d’énergie et de matières.

En somme, l’économie circulaire et collaborative est un modèle économique qui permet de mettre l’environnement au cœur des choix économiques. En effet, l’impact de l’économie circulaire et collaborative est bénéfique pour la protection de l’environnement.

Auteur de l’article : Camille

Camille
Grande voyageuse et très sensible à tout ce qui touche à l’environnement, le tire la sonnette d'alarme à travers ce blog tout en essayant de sensibiliser les plus septiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *