Entreprise et industriel : Comment traiter les boues ?

Lorsqu’elles fonctionnent à plein régime, les entreprises et unités industrielles produisent des boues d’épuration. Elles apparaissent aussi épaisses qu’une soupe et sont composées de matières minérales et organiques, de particules solides, de micro-organismes, etc.

Pour réduire leur biodégradation et leur volume, les entreprises mettent en place des mécanismes de traitement. Il s’agit, en fonction de l’origine et de la destination des boues traitées, de l’épaississement, de la déshydratation, du séchage ou de la stabilisation des boues.

Traiter les boues par déshydratation

La déshydratation des boues se décline sous deux formes. L’entreprise peut, en l’occurrence, choisir une déshydratation mécanique ou une déshydratation par géomembranes. Dans le premier process souvent appliqué au sein des grosses unités industrielles, les techniciens utilisent une technique dite de centrifugation ou de filtration. Les outils utilisés pour mener à bien l’opération restent notamment :

  • un filtre à bande ;
  • une presse à vis ;
  • un filtre à plateaux ;
  • des sacs filtrants ;
  • un pressoir Fournier ;

La seconde variante du traitement par déshydratation s’opère au sein d’installations de moindres envergures (1000 à 2000 EH « Equivalent habitant »). Dans tous les cas, lorsque le traitement s’effectue en suivant les normes en la matière, vous obtiendrez une boue solide ou pâteuse. Le taux idéal de siccité oscille entre 15 % et 40 %.

Le traitement des boues par séchage

Le séchage de boue permet de la débarrasser complètement des eaux usées. Les industries qui choisissent ce mode de traitement des boues le font surtout par souci de gain : gain en temps, gain en lieu de stockage et gain en coût du transport.

 Dans le cas d’espèce, l’entreprise peut procéder à un séchage solaire (exposition aux rayons du soleil, puis évaporation naturelle) ou miser sur un séchage thermique (direct ou évaporation par convection ; indirect ou évaporation par conduction). Un séchage rondement bien mené peut vous permettre d’obtenir des boues de 95 % de siccité.

L’épaississement des boues

Le traitement des boues par épaississement reste un choix de traitement fortement recommandé. Il consiste à mélanger, en amont, à l’eau des agents organiques, le sel de fer, par exemple.

Vous pouvez également ajouter à l’eau des sels d’aluminium. En conséquence, vous obtiendrez, vers la fin, des boues moins pâteuses aux taux de siccité compris entre 6% et 8 %. Cela facilitera du coup les autres types de traitement.

Le traitement des boues par stabilisation

Lorsqu’une entreprise produit des boues fraîches ou secondaires contenant un volume important de matières organiques, la pollution de l’air du fait des mauvaises odeurs reste l’un des principaux désagréments qui peuvent en résulter. Dans ces conditions, elle doit privilégier le traitement des boues par stabilisation.

En effet, sa finalité première est de réduire la teneur de la boue en matière organique. Vous pourrez notamment les mélanger à de la chaux éteinte ou vive (stabilisation chimique ou hygiénisation des boues). L’activité biologique s’en trouve ainsi réduite. Bien entendu, avant même d’arriver à cette étape, les techniciens font passer les boues par l’étape de la déshydratation.  

En revanche, si vous ambitionnez de transformer vos boues en compost agricole ou en biogaz, vous devez les faire passer respectivement par une stabilisation biologique ou aérobie et par une stabilisation anaérobie (sans oxygène) ou une méthanisation. Vous pourrez ainsi tripler les récoltes de vos exploitations agricoles ou réutiliser vos boues sous forme d’électricité, de chaleur, de carburant, etc.

Auteur de l’article : Camille

Grande voyageuse et très sensible à tout ce qui touche à l’environnement, le tire la sonnette d'alarme à travers ce blog tout en essayant de sensibiliser les plus septiques !