Les différentes formes d’isolation et son impact environnemental

Pour vos projets de construction ou de rénovation, vous devez opter pour une isolation. Elle vous permettra notamment de réduire votre consommation en énergie et vous offrira un meilleur confort. Disponible sous de différentes formes, vous pouvez choisir ce qui vous convient le mieux. Pour vous aider, nous vous présentons ici chaque type ainsi que son impact sur l’environnement.

L’isolation phonique

Encore appelée isolation acoustique en référence à l’étourdissement de l’ensemble des bruits, l’isolation phonique permet de supprimer les voix et d’empêcher les sonorités extérieures de pénétrer à l’intérieur. Généralement dans une maison, les bruits se décomposent en quatre catégories à savoir :

  • Les bruits aériens intérieurs ;
  • Les bruits extérieurs ;
  • Les bruits d’outils et de moteur ;
  • Les bruits d’impacts et de chute.

Ils se mesurent en fonction de l’intensité (Db) et de la fréquence (Hz). Pour éviter donc de passer des nuits agitées ou de subir constamment les tracas du voisinage, vous pouvez opter pour l’isolation phonique.

Quelques caractéristiques de cette technique

L’isolation phonique ou acoustique peut s’effectuer à l’extérieur ou l’intérieur de la maison. Dans tous les cas, elle se réalise en tenant compte de l’environnement sonore autour du domicile ainsi que de la proximité du voisinage. Pour absorber les bruits externes, vous pourrez utiliser les matériaux comme les buttes de terre ou des terrasses végétalisées. De même, la laine de roche, la laine de verre, la laine de chanvre ou de cellulose peuvent vous permettre de mieux installer l’isolation. Cette dernière présente de grands avantages surtout sur le plan économique et thermique. Depuis l’intérieur de votre pièce, vous ne recevrez plus aucune transmission de bruits et vous pourrez profiter d’un agréable calme intérieur.

Son impact sur l’environnement

Si vous décidez de procéder à une isolation phonique de votre domicile, vous devez tenir compte de son influence sur la nature. Ceci considère les ressources utilisées, le degré de pollution émise ou encore le taux de déchets rejetés. Les impacts environnementaux de cette méthode se traduisent à partir des éléments employés pour sa réalisation et se composent comme suit :

  • Une utilisation d’énergie primaire de 50,9 MJ ;
  • Un épuisement de 0,01 kg eq Sb des ressources ;
  • Une consommation de 18,4 litres d’eau ;
  • Un rejet de 0,12 kg de déchets solides valorisés.

En bref, les données issues de l’analyse des éléments entrant dans la conception de l’isolation phonique révèlent un faible impact négatif sur l’environnement. Ainsi, en adoptant cette méthode, vous ne risquez pas d’endommager la nature.

L’isolation thermique intérieure

Cette isolation représente un ensemble de techniques qui permet de réduire les échanges de chaleur entre un milieu chaud et un cadre froid, entre l’extérieur et l’intérieur d’une maison. Elle peut s’utiliser pour maintenir une température équilibrée dans votre domicile ou pour contrôler l’énergie dépenser dans une industrie. L’isolation thermique intérieure différente de celle extérieure, se réalise exclusivement à l’intérieur de la pièce concernée.

Quoi savoir sur cette isolation ?

Pour réguler l’écart de température entre deux milieux, cette isolation reste l’idéale. En effet, en fonction de la saison, la chaleur ou le froid peut s’infiltrer par l’intermédiaire de la conduction, du rayonnement ou de la convection dans votre maison. Ceci vous amènera à vous référer à l’usage d’un climatiseur ou d’un système de chauffage pour pallier le déficit, ce qui entrainera sans aucun doute l’augmentation de vos factures. Ainsi, vous pouvez opter pour l’isolation thermique intérieure pour supprimer les échanges et conserver une température idéale. Pour sa réalisation, vous pourrez utiliser des matériaux isolants comme une simple couche d’air sec.

Ses effets sur l’environnement

En adoptant l’isolation thermique intérieure, vous participerez d’une certaine manière à la protection de l’environnement. En effet, son apport à la lutte contre le réchauffement climatique se décline comme suit :

  • Une baisse considérable de la consommation d’énergie par vos appareils et l’élimination des échanges de chaleur entre l’intérieur et l’extérieur. Ceci réduit le niveau de chaleur dans l’air ;
  • La diminution de l’utilisation de la climatisation ou du système de chauffage, ce qui supprime progressivement les déchets dégagés dans l’atmosphère ;
  • La réduction de l’émission de CO2 à partir de la toiture.

Pour comparaison, un appartement non isolé rejette par an environ 19 tonnes de CO2 dans la nature ce qui nuit grandement à la couche d’ozone. Au contraire, avec une maison dotée d’une isolation thermique intérieure, le taux de CO2 dans l’air chute de plus de 65 %.

L’isolation thermique extérieure

Cette méthode varie légèrement de la précédente. Au lieu de concevoir l’isolation à partir de l’intérieur de la maison, celle-ci se réalise exclusivement de l’extérieur de la pièce. Dans ce cas, elle consiste principalement à recouvrir le bâtiment avec un isolant pour empêcher les transmissions de température. Elle peut s’effectuer lors des travaux de rénovation de votre domicile ou pour un ravalement de façade. Toutefois, vous devez vérifier et respecter les normes établies par les plans locaux d’urbanisme ou tout autre organisme.

Les caractéristiques et les avantages de cette méthode

La particularité de l’isolation thermique extérieure, comme l’explique cette entreprise, réside au niveau de sa conception et de différents éléments qui entrent en jeu. La difficulté de sa réalisation concerne les parois vitrées dont dispose l’immeuble, les balcons, les loggias et tout type de ponts thermiques. Vous devez donc considérer tous ces paramètres pour mieux prévoir et choisir votre forme d’isolation. Cependant, la méthode d’extérieur garantit de nombreux avantages, dont le gain d’espace. Avec elle, vous n’encombrerez pas davantage votre cadre déjà réduit. Voici d’autres atouts de l’adoption de cette technique :

  • Une augmentation de la performance thermique de tout le bâtiment ;
  • Une conservation de la superficie interne de la maison ;
  • Une protection de la décoration intérieure, des meubles et des divers équipements ;
  • Une baisse considérable de la consommation d’énergie par le système de chauffage ;
  • La modernisation des façades et un ajout esthétique ;
  • La possibilité de continuer à habiter la pièce pendant les travaux ;
  • La limitation des ponts thermiques ;
  • L’amélioration du confort interne du logement.

L’impact environnemental

En considérant les différents éléments (matériaux, déchets rejetés, taux de pollution) qui entrent dans la réalisation de cette isolation, son influence sur la nature apparait immédiatement. En effet, grâce à sa réduction de la consommation d’énergie intérieure, cette méthode permet aussi de baisser le rejet de CO2 dans l’atmosphère. De plus, en régulant les échanges de chaleur ou de fraicheur, elle limite les pollutions de l’air et garantit l’assainissement de la nature en général.

L’isolation de la toiture

La dernière forme d’isolation concerne celle qui se réalise à partir de la toiture. En effet, une maison sans isolation reste à la source de plus de 30 % de chaleur rejetée dans l’environnement. Pour baisser ce taux, vous pouvez procéder à l’isolation complète de votre toiture.

Procédés et avantages

En fonction de la nature de votre toit, vous pouvez définir la technique à employer pour l’isolation. Ainsi, pour des toitures plates, l’usage de panneaux de polystyrène extrudé reste l’idéal. Par contre, pour celles en pente, vous disposez de deux options à savoir :

  • Isoler le sol avec de la cellulose ou de la laine de verre lorsque les combles demeurent inutilisés ;
  • Isoler le toit avec des rouleaux de laine de roche ou de laine minérale soufflée entre les gîtes.

Pour cette isolation, vous pouvez employer également un polyuréthane, une ouate de cellulose ou un polystyrène expansé.

L’impact écologique

Les divers éléments utilisés pour la conception de l’isolation par la toiture proviennent pour la plupart de matériau synthétique fragile et inflammable. Ils présentent donc un grand risque d’incendie. De plus, avec le temps, ils dégagent des effets toxiques dans la nature, ce qui contribue activement à la destruction de l’environnement. L’isolation par la toiture ne présentent donc pas les mêmes avantages que les autres alternatives pour pallier la chaleur. Cependant, vous pourrez l’essayer pour votre maison à la campagne.

Auteur de l’article : Manu

Manu
Grand voyageur et très sensible à tout ce qui touche à l’environnement, le tire la sonnette d'alarme à travers ce blog tout en essayant de sensibiliser les plus septiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *