Rénovation énergétique : quelles aides pouvez-vous obtenir ?

Dans les habitations, il peut arriver que vos installations ne vous permettent plus d’avoir une bonne performance énergétique. Afin d’accompagner les foyers, l’État français a entièrement reformé le secteur. En effet, à la suite de la réforme gouvernementale, des mesures de soutien à la rénovation énergétique, il existe aujourd’hui de nombreuses aides et subventions qui vous aident à financer vos travaux de rénovation énergétique. Pour cette année, le gouvernement a actualisé ses dispositifs de soutien à la rénovation énergétique afin d’installer plus d’efficacité et d’objectivité. Les aides à la rénovation énergétique sont de plusieurs ordres et sont variées. Pour en bénéficier, cela dépend de certains critères comme : l’année des travaux, le statut du demandeur de l’aide, la résidence principale, les conditions de ressources, les types de travaux, etc.

Cependant, il est primordial de connaitre réellement ce à quoi vous avez droit avant de soumissionner à une aide.

Travaux de rénovation : le crédit d’impôt 2020

En ce qui concerne le dispositif d’aide relatif au crédit d’impôt 2020 pour la transition énergétique, il s’adresse essentiellement aux propriétaires qui souhaitent réaliser des travaux d’économies d’énergie dans leur résidence principale. Le crédit d’impôt s’applique sur le revenu au titre des dépenses réalisées par le contribuable pour la qualité environnementale de son habitat.

Pour le crédit d’impôt 2020, le montant dont vous pouvez bénéficier sous forme d’aide pour la transition énergétique est désormais forfaitaire et cela dépend directement du type de travaux que vous réalisez. De même, le montant du crédit d’impôt dépend des conditions de ressources du ménage. Pour un ménage à revenus intermédiaires qui décide d’installer une chaudière à bois à l’alimentation automatique, le montant maximum octroyé est de 4000 €.

Pour les foyers aux revenus supérieurs, seuls certains travaux d’isolation sont éligibles à cette aide.

Les conditions d’obtention du crédit d’impôt 2020

Il y a certains préalables qui doivent être respectés avant de bénéficier du crédit d’impôt. Cela prend en compte :

  • Les travaux réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement ;
  • Le logement, la maison individuelle ou l’appartement qui est votre résidence principale et qui est achevé depuis plus de deux ans à la date de démarrage de la réalisation des travaux ;
  • Les équipements et matériaux éligibles qui respectent les critères techniques précisés par le législateur.

Bon à savoir : notez que pour les ménages dont le revenu est en dessous des montants susindiqués, ils ne pourront pas être éligibles au crédit d’impôt 2020, mais plutôt au dispositif MaPrimeRénov’.

Par ailleurs, le montant relatif au crédit d’impôt pour la transition énergétique n’est pas le même selon les revenus avec deux catégories de revenus.

Outre cela, retenez que la somme que vous allez percevoir dépend du type de travaux et des revenus du ménage. Il est alors recommandé de se renseigner afin d’être certain du montant de m’aide que vous aurez de la part de l’État.

Aide pour la transition énergétique : MaPrimeRénov’

Cette aide est particulièrement réservée aux ménages propriétaires occupants dont les revenus sont modestes ou très modestes. C’est ce qui remplace le crédit d’impôt pour ces types de ménages. Et cela intègre l’aide Anah (habiter mieux Agilité). En ce qui concerne ce dispositif d’aide, le montant attribué dépend directement des travaux que vous réalisez, de leur nature (remplacement du système de chauffage, etc.) ou de leur envergure. Cela dépend également du niveau de ressources du ménage. En effet pour chaque type de travaux, il y a un montant forfaitaire qui est alloué au ménage. Le montant en question peut aller à 10 000 €. Toutefois, cette aide ne peut excéder les 20 000 € par logement sur une période de cinq ans.

Les conditions d’obtention

Il faut que :

  • Les travaux sont réalisés par un professionnel reconnu garant de l’environnement ;
  • Le logement concerné est achevé depuis plus de deux ans à la date de début des travaux de rénovation ;
  • Les travaux répondent aux exigences techniques précisées par le législateur.

La Prime Energie Total pour les travaux de rénovation énergétique

La société Total à travers ce dispositif soutient le pouvoir d’achat des ménages français et les encourage de ce fait, à réaliser des économies d’énergie. Cela passe par l’octroi des primes en euro aux particuliers qui réalisent des travaux susceptibles d’améliorer la performance énergétique au niveau de leur logement.

Destinés aux ménages qui souhaitent réaliser des travaux de rénovation énergétique, les travaux doivent prendre en compte soit l’isolation du logement, le remplacement d’un équipement de chauffage ou la mise en place d’une installation fonctionnant à partir des énergies renouvelables.

Le montant total de la prime énergie total peut aller des centaines d’euros à des milliers d’euros selon le type de travaux énergétiques exécuté. Pour calculer le montant, la surface habitable, le lieu d’habitation et les revenus du ménage sont pris en compte.

Les conditions d’obtention de la Prime Energie Total

En l’espèce, il faut que :

  • Les travaux sont exécutés par un professionnel reconnu garant de l’environnement ;
  • Le logement soit votre résidence principale et sont achevés depuis plus de deux ans à la date de démarrage des travaux de rénovation énergétique ;
  • Les équipements et matériaux éligibles soient en conformité des critères techniques précisés par le législateur.

L’écoprêt à taux zéro pour les travaux de transition énergétique

Dans le cas d’espèce, il s’agit d’un prêt à taux zéro d’intérêt nul et il est accessible sans condition de ressources. L’écoprêt à taux zéro permet de financer les travaux d’amélioration de la performance énergétique. Le présent dispositif est destiné aux propriétaires occupants ou bailleurs et ceux vivant en copropriété.

Cependant, le logement (maison ou appartement) doit être déclaré comme votre résidence principale ou destiné à l’être. De même, le logement doit être achevé depuis plus de deux ans à la date de démarrage des travaux.

L’écoprêt à taux zéro permet de financer les dépenses particulières comme : le coût de la fourniture et de la pose des équipements, des produits et ouvrages nécessaires à la réalisation des travaux ; le coût de la dépose et de la mise en décharge des ouvrages, des produits et équipements existants ; les frais de maitrise d’œuvre et des études relatives aux travaux ou autres études techniques nécessaires.

Toutefois, il est fixé un plafond pour l’octroi des écoprêts. Ce plafond est de 15 000 € pour une action seule, 7 000 € pour les parois vitrées et peut aller à 30 000 € pour des actions visant l’amélioration de la performance énergétique globale du logement.

L’aide de l’Anah pour les travaux de rénovation énergétique

Malgré le fait qu’elle soit intégrée à l’aide MaPrimeRénov’, l’Anah prend en compte tous les travaux permettant une économie énergétique d’au moins 25 %. Toutefois, le financement est en proportion au montant des travaux que vous avez réalisés.

L’Anah est une aide destinée aux propriétaires occupants dont les revenus sont en dessous des plafonds de ressources à consulter sur le site de l’Anah, les propriétaires bailleurs et les copropriétaires pour les copropriétés fragiles.

Le montant de l’aide Anah s’élève à 50 % du montant total des travaux hors taxe si vous vous situez dans la tranche des personnes avec des ressources très modestes. Notez que le présent dispositif « Habiter mieux Sérénité » est de 10 000 € au maximum. À cela s’ajoute la prime « Habiter mieux » qui équivaut à 10 % du montant total des travaux hors taxe dans la limite de 2 000 €.

Pour les foyers situés dans la catégorie des ressources modestes, le montant de l’aide s’élève à 35 % du montant total des travaux hors taxe. Dans ce cas, l’aide « Habiter mieux sérénité » est de 7 000 € maximum. À cela s’ajoute la prime « Habiter mieux » qui est de 10 % conformément au montant total des travaux hors taxe dans la limite de 1 600 €.

Si vous souhaitez bénéficier d’une prime beaucoup plus importante, votre projet de rénovation doit remplir les conditions suivantes :

  • Étiquette énergétique F ou G avant les travaux ;
  • Des travaux permettant une amélioration énergétique totale d’au moins 35 % ;
  • Un gain équivaut au moins à un saut de deux classes énergétiques.

Le chèque énergie

Ce dispositif remplace les tarifs sociaux de l’énergie depuis le 1er janvier 2018 et constitue une aide nominative au paiement des factures d’énergie envoyé une fois par an au domicile du bénéficiaire. Le chèque énergie est attribué en fonction des ressources et de la composition du foyer.

Le droit de bénéficier de ce dispositif est établi sur la base de la déclaration de revenus auprès des services fiscaux. Même si vous avez un revenu faible ou nul, il est indispensable de le déclarer pour pouvoir bénéficier de cette aide.

Les autres catégories d’aides à la rénovation énergétique

Il existe d’autres types d’aides tels que :

  • La TVA à taux réduit ;
  • Les aides des collectivités locales ;
  • Le prêt de la CAF ;
  • L’exonération de la taxe foncière.

L’objectif de toutes ces aides est de vous aider à obtenir des avantages économiques lors de la réalisation de vos travaux d’amélioration de la performance énergétique dans votre résidence principale.

En somme, l’État à travers le service public a mis en place un certain nombre de dispositifs efficaces qui incite les ménages à engager des travaux de rénovation énergétique.

Auteur de l’article : Camille

Camille
Grande voyageuse et très sensible à tout ce qui touche à l’environnement, le tire la sonnette d'alarme à travers ce blog tout en essayant de sensibiliser les plus septiques !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *