Quelles sont les caractéristiques d’une maison bioclimatique ?

Une maison bioclimatique est un bâtiment conçu de manière à permettre aux occupants de bénéficier des avantages naturels de son emplacement. Il en résulte un confort thermique maximal et des économies d’énergie. Ce type de maison protège à la fois votre portefeuille et le climat de notre planète.. Décryptage.

Maison passive ?

La maison passive est une norme de construction qui a émergé en Allemagne au début des années 90. Son secret est de combiner un confort intérieur élevé avec une consommation d’énergie très basse, presque nulle, et à un prix très abordable qui permet d’amortir la différence d’investissement par rapport à un bâtiment normal en très peu de temps.
Les bâtiments passifs utilisent une architecture bioclimatique combinée à une haute efficacité énergétique. Minimisant l’utilisation des systèmes de chauffage et de refroidissement conventionnels, les bâtiments sont conçus pour maximiser la lumière et le rayonnement solaire, avec une isolation élevée et un renouvellement de l’air grâce à un système de ventilation avec récupérateur de chaleur.

Principe général d’une maison bioclimatique

Une maison bioclimatique est basée sur trois composantes, la maison, le climat, les habitants. Lorsque l’on met en place une architecture bioclimatique, on va tendre à trouver un équilibre entre ces trois paramètres. Le principe des constructions bioclimatiques est d’être autonome et donc éviter d’avoir recours à des systèmes d’alimentation en énergie notamment pour le chauffage ou la climatisation. Simplement orientée plein Sud, en retenant les matériaux adéquats, en fonction de l’environnement, de la situation géographique, la maison devient apte à capter intelligemment l’énergie naturelle, l’emmagasiner, puis à la transformer, pour ensuite la diffuser à l’intérieur de la maison. Source : biohome

Les caractéristiques d’une maison bioclimatique

1. Conception bioclimatique

Un aspect fondamental pour un bâtiment efficace est une bonne étude du climat, de l’orientation, du facteur de forme, du volume, de la capture du rayonnement solaire en hiver et de sa protection en été, des ombres que le bâtiment aura et comment vous affectera.

Profiter de la chaleur naturelle

Les caractéristiques essentielles d’une maison bioclimatique sont des fenêtres bien orientées. Les fenêtres sont à la fois source de gain de chaleur (et de lumière) et de perte de chaleur. En effet, les vitrages et les cadres de fenêtres sont moins isolants que les murs. Il est donc crucial de positionner et de quantifier correctement les fenêtres.

Les matériaux et les couleurs

caracteristiques-maison-bioclimatiqueLe choix des matériaux utilisés lors de la construction de la maison est capital, de même que les finitions. Par exemple : pour capter la chaleur, nous utilisons des matériaux opaques de couleurs sombres en évitant les couleurs claires, qui réfléchiraient la lumière sans la transformer en chaleur. A l’inverse une couleur trop sombre, comme le noir, crée une surchauffe trop importante, et nuit au confort des occupants de la maison. On pourra construire une maison bioclimatique en bois, ou même paille. Il permet de réduire la période de ventilation nocturne naturelle pour rafraîchir la maison.
L’élément principal pour maintenir un niveau de confort élevé en été est de gérer correctement les gains solaires avec des stores.
Pour qu’elle soit performante, il faudra qu’elle profite pleinement des apports solaires. On stockera donc les calories dans les masses (mur et dalle en pierre, béton, terre crue). Ce principe permettra non seulement d’économiser en chauffage mais surtout, il apporte un confort hiver comme été optimal. Avec suffisamment de masse, la température variera très peu toute l’année, autour de 18 à 22° sans chauffage. Les murs et l’air intérieur sont à la même température. Cela a un impact positif sur le confort.
Cette uniformité de température permet de réduire la température de chauffage et donc de réaliser des économies tout en maintenant le confort.
Une maison bioclimatique conçue de façon optimale peut fournir jusqu’aux trois quarts des besoins en chauffage, uniquement grâce au rayonnement solaire. La maison est aussi appelée, habitat solaire passif, pour cette capacité à employer l’énergie naturelle. Si la maison peut se passer de chauffage central, pour des besoins ponctuels en chauffage, elle peut être équipée de solutions complémentaires basées sur la biomasse telles que le poêle à bois ou à pellets, l’insert, la cheminée…

La forme de la maison

La compacité du bâtiment est un élément important pour éviter les pertes de chaleur par les murs. Plus la forme d’un bâtiment est compacte (en forme de bloc), moins les pertes de chaleur sont importantes. Lorsque vous concevez votre maison, pensez à minimiser le rapport entre la surface extérieure et le volume intérieur de la maison. L’idéal serait une maison en forme de cube.

2. Haute isolation thermique

Un bâtiment mal isolé consomme jusqu’à 30% d’énergie en plus. Une bonne isolation réduit les pertes de chaleur en hiver et en été et, par conséquent, la demande d’énergie pour la climatisation.

En fonction de l’isolation et de l’étanchéité à l’air, ce type d’habitat n’aura donc pas ou peu besoin de chauffage ou climatisation. Une maison bioclimatique : Se nourrit du soleil pendant la journée, stocke précieusement cette énergie. Restitue et diffuse cette chaleur à l’intérieur quand la température extérieure baisse.
Une maison peut garder la chaleur à l’intérieur si elle ne la laisse pas s’échapper par des espaces dans l’enveloppe du bâtiment. Le taux de fuite du bâtiment est mesuré lors d’un test d’infiltrométrie lorsque la structure est terminée afin que les défauts dans l’enveloppe puissent être rectifiés.

3. Enlèvement des ponts thermiques

Une couche d’isolation continue, sans interruption et sans affaiblissement, évite les ponts thermiques, si courants dans les bâtiments conventionnels et qui causent une grande partie des pertes de chaleur dans les bâtiments.

4. Fenêtres à haut rendement

Les fenêtres sont l’élément le plus faible de l’enveloppe du bâtiment. Entre 25 % et 30 % des frais de chauffage sont dus aux pertes de chaleur par les fenêtres.
Des fenêtres de qualité et bien orientées
La majeure partie des pertes de chaleur sont causées par les châssis de fenêtres. Il est crucial de choisir des fenêtres qui ne cassent pas l’étanchéité de la structure. Par conséquent, il est préférable d’installer des fenêtres à battants plutôt que des fenêtres coulissantes.
Les pertes de chaleur par les fenêtres peuvent également être réduites en choisissant des fenêtres à haut rendement énergétique.

5. Etanchéité à l’air

Dans les maisons passives, l’étanchéité à l’air est assurée en scellant tous les joints entre les différents matériaux du bâtiment. Ainsi, il n’y a pas d’infiltrations d’air indésirable dans le bâtiment.

6. Confort

Pour l’homogénéité des températures intérieures, pour l’isolation acoustique élevée et pour la qualité de l’air.

7. Santé

L’air filtré empêche la présence de poussière et de pollen, ce qui réduit les réactions allergiques. La faible concentration de CO2 et de COV réduit la sensation de fatigue, certains maux comme les maux de tête, l’irritation des yeux, du nez, de la gorge, la sécheresse du système respiratoire et certaines maladies.

8. Efficacité, durabilité et rentabilité

Efficace en raison de la faible consommation d’énergie et, par conséquent, économique. Durable parce que le CO2 qui cesse d’émettre une maison passive de 350 m2 par an est équivalent au CO2 qui absorbe environ 1 000 arbres par an.

Conclusion

Aujourd’hui, le pétrole, l’électricité et le gaz coûtent de plus en plus cher. On revient donc à la construction de maisons qui consomment peu. C’est un investissement dont le retour est long financièrement mais qui sur valorise le bien et le différencie en cas de revente. C’est aussi un investissement pour l’environnement, pour nos enfants et comme le dis la formule « pour les générations futures ». C’est un investissement qui portera ses fruits dans quelques années si nos revenus ne sont plus ce qu’ils sont aujourd’hui et c’est souvent le cas pour ceux d’entre nous qui partent à la retraite.

Auteur de l’article : Herve

Herve
Attentif à la cause environnementale depuis très longtemps, je peux partager ma passion via ce blog. Père des 3 enfants, heureux mari .. et propriétaire d'un chien et deux chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *