Comment démarrer un jardin en mode permaculture ?

La plupart des gens passionnés par la vie durable et harmonieuse avec la nature finissent par se lancer dans la permaculture, c’est un phénomène mondial en pleine croissance !

L’effet permaculture est un sentiment de changement intérieur profond et de réalisation, et une passion qui en découle. Vous cessez de faire partie du problème et faites partie de la solution ! Voyons comment démarrer votre jardin en permaculture !

L’origine de la permaculture

C’est en Tasmanie dans les années 1970 que Bill Mollison et David Holmgren ont initié le mouvement de la permaculture. Ils cherchaient comment ils pouvaient modéliser la production d’aliments à partir de systèmes naturels comme les forêts.

Cela a commencé avec un expérience chez eux. Ils ont pris :

  • des arbres,
  • des plantes de sous-bois,
  • des fixateurs d’azote,
  • des plantes vivaces rustiques,

qui produisent de la nourriture et modelaient leurs conceptions sur les forêts. Ils ont constaté qu’ils n’avaient pas besoin d’utiliser d’engrais, qu’ils ne produisaient pas de déchets et que la nourriture se soignait d’elle-même avec un minimum de problèmes de ravageurs. Donc, essentiellement, ils utilisaient les leçons apprises de la nature pour subvenir à leurs propres besoins.

La permaculture, dérivée de l’agriculture permanente, est décrite par le fondateur Bill Mollison comme :

l’intégration harmonieuse du paysage et des personnes, fournissant nourriture, énergie, abri et autres besoins matériels et immatériels de manière durable.

A ce stade, la question à se poser est : Par où commencer la permaculture ?

permacultureLa réponse simple est, dans votre propre jardin, si vous en avez un. Sinon, vous avez la possibilité de participer à un jardin communautaire et d’obtenir votre morceau de terrain pour y jardiner.

L’une des choses importantes que l’on apprend en permaculture est la conception, car la permaculture est en fin de compte un système de conception multidisciplinaire.

Les plus gros obstacles sont de faire le premier pas, de croire en soi, de croire en soi, de croire qu’on peut le faire, de croire que ça va marcher! Lisez attentivement la suite et vous pourrez vous lancer en étant rassurés.

Jardin de permaculture, étape 1

La première étape dans la construction d’un jardin de permaculture est de comprendre ce qu’est un jardin de permaculture. Cela peut sembler étrange, mais le fait est qu’il n’y a pas une seule façon de construire tout type de jardin, et vous devrez avoir une idée de ce que vous voulez créer.

Avoir un design finalisé signifie que vous avez quelque chose à construire, cela garantit que vous avez mis vos idées sur papier, et pour ce faire, elles doivent avoir une structure et une forme. Si vous vous contentez d’idées vagues, vous pourriez finir par tergiverser et ne jamais concevoir quoi que ce soit, et encore moins construire quelque chose de tangible.

Les conceptions encouragent la prise de décision. Décidez de ce que vous pouvez et voulez faire maintenant, pas dans un avenir lointain possible, mais à ce moment précis, puis prenez l’engagement de le faire à une certaine date, de préférence maintenant. Si vous reportez des tâches et des projets à une date ultérieure indéterminée, il est fort probable qu’ils ne seront jamais réalisés…..

Ce que vous devez décider dès le début, c’est le degré d’incorporation des principes de la permaculture dans l’aménagement de votre jardin. La taille du jardin dictera en partie cela, l’échelle du projet, il peut être entre un jardin de balcon jusqu’à une ressource alimentaire de grande superficie.
Vous devez décider de la  » quantité de permaculture  » que vous souhaitez incorporer dans la conception, si votre jardin ressemble à un potager traditionnel avec quelques caractéristiques de conception de la permaculture, ou à un jardin de permaculture à grande échelle et sans retenue.

Etape 2, imiter la nature

L’étape suivante consiste à décider quels principes de conception de permaculture vous souhaitez utiliser, ou dans quelle mesure vous les mettez en valeur. Aussi, regardez comment vous choisirez d’imiter la nature dans votre conception Permaculture.

Comment comptez-vous protéger les sols ?

Essayer d’entretenir le sol nu dans le jardin va à l’encontre de la nature, parce que la nature vise à remplir l’espace avec n’importe quoi pour protéger le sol, et les plantes qui le font le mieux sont des plantes pionnières, souvent appelées « mauvaises herbes » de façon irrespectueuse.
Le sol nu sera compacté par la pluie, ce qui dégradera la structure du sol et emportera la couche supérieure !
Le jardinage sans creusage préserve le sol, car le retournement du sol détruit la structure du sol et expose les couches profondes du sol à la lumière UV et à la chaleur du soleil, ce qui tue les êtres vivants dans le sol.
Le fait de marcher sur le sol détruit la structure du sol en le compactant, empêchant l’air et l’eau de pénétrer dans les racines des plantes, ce qui affecte la santé des plantes, restreint leur croissance et réduit leur productivité.

Reconstituer le sol

Si votre sol est assez bien mort, très peu de contenu organique et d’humus, s’il est compacté ou endommagé de quelque façon que ce soit, il doit être réparé. Pour remédier à cette situation, il faudra des travaux de terrassement.

Vous pouvez utiliser des plantes à racines pivotantes profondes comme le fenugrec et le pissenlit pour briser le sol.
Si c’est absolument nécessaire, vous pouvez creuser ou bifurquer le sol, une seule fois, pour l’ameublir, puis le déchiqueter pour le recouvrir et le protéger.
Le compostage sur le sol peut être utilisé pour y ramener la vie, soit en utilisant des tas de compost, soit plus facilement et rapidement, en utilisant la technique du compostage en feuilles.
Utilisation d’engrais verts, de plantes cultivées puis abattues par la suite, pour produire beaucoup de biomasse qui servira à pailler le sol et qui se décomposera pour créer de l’humus. Les fèves fonctionnent bien dans les climats plus froids et elles ajoutent de l’azote au sol, comme toutes les légumineuses. Toutes les plantes annuelles à forte croissance fonctionnent bien, il suffit de les couper avant qu’elles ne montent en graines si ce ne sont pas des légumes.
Ne marchez pas sur la terre dans vos plates-bandes, utilisez des vers de terre pour creuser, ils creusent beaucoup plus efficacement que vous!

Empilage dans un espace vertical

Les plantes poussent dans la nature selon une disposition « empilée », les arbres formant la canopée, les arbustes en dessous, puis les plantes herbacées en dessous, et les plantes couvre-sol au niveau le plus bas, avec les racines sous le sol et les vignes à la verticale en arrière-plan. L’utilisation de cette disposition permet une plus grande utilisation de l’espace et une plus grande productivité pour une surface de jardin donnée.

Empilage dans le temps

La nature régénère la croissance des plantes pour protéger le sol – les plantes sont remplacées lorsque les autres meurent. Si vous organisez la plantation de nouvelles plantes alors que les plantes existantes arrivent à la fin de leur cycle de fructification/de production, vous pouvez obtenir une culture prolongée tout au long des saisons, sans avoir d’espaces nus dans le jardin.

Microclimat

Les plantes regroupées créent des différences de température, d’ombre et d’humidité par rapport à la zone environnante, ce qui favorise la croissance des plantes.

Utilisez des plantes qui poussent ensemble pour vous protéger mutuellement des éléments (vent, soleil, etc.). Cela les aidera à survivre et à créer un jardin plus résistant. Rappelez-vous, une plante seule dans un lit de jardin nu est comme un homme debout au milieu d’un désert sous un soleil brûlant et chaud !

Jardinage vertical

Les plantes ne poussent pas seulement à plat sur le sol, elles peuvent aussi pousser sur des surfaces verticales pour mieux utiliser l’espace.

  • Différents cépages  peuvent être cultivés sur des treillis, des arches, des clôtures et des pergolas.
  • Les cucurbitacées, comme les citrouilles, les pastèques, les pastèques, les courges, les courges, les courges, les loofahs peuvent être cultivées verticalement le long d’un treillis métallique (avec un treillis assez large pour tenir dans les mains) soutenu par des poteaux.
  • Les arbres en espalier peuvent être utilisés le long des clôtures ou des espaces étroits pour maximiser la productivité des grands espaces verticaux inutilisés.

Monocultures, Polycultures ?

La nature favorise la biodiversité, et une gamme de plantes mélangées ensemble, dans les bonnes combinaisons, peut soutenir la croissance des uns et des autres et augmenter la productivité,

La plantation d’accompagnement peut être utilisée pour:

  • stimuler la croissance et la productivité des plantes,
  • augmenter la résistance aux parasites et aux maladies,
  • cacher vos plantes des parasites ou masquer leur odeur pour les rendre plus difficiles à trouver,
  • attirer les insectes utiles qui agissent comme pollinisateurs, comme les abeilles, ou les insectes prédateurs utiles qui mangent les insectes nuisibles comme les coccinelles, les chrysopes et les syrphes en volière.

Les monocultures rendent les plantes plus accessibles aux ravageurs et empêchent le recours à la plantation compagnons ou à l’empilement des plantes. Emuler la nature en mélangeant les plantes, si vous devez faire des efforts pour les trouver, les parasites qui les mangent le feront aussi !
Les monocultures d’annuelles demandent plus de travail, d’efforts et de tenue de registres, car la plantation d’un seul type d’annuelles au même endroit pendant plus d’une saison entraînera l’épuisement des éléments nutritifs et la vulnérabilité aux ravageurs et aux maladies. Le choix est soit d’effectuer la rotation des cultures, et de tenir des registres précis de ce qui a poussé où et quand, et ce qui va où ensuite, ou vous pouvez simplement adopter l’approche naturelle la plus facile, adopter la polyculture, et tout cultiver partout.

Etape 3, se jeter à l’eau

Le facteur humain critique est la motivation, en surmontant l’inertie de relever un grand défi. Un grand défi est plus facile à relever lorsqu’il est décomposé en parties plus petites et plus faciles à gérer.  Même si vous êtes ambitieux et motivé, si vous rencontrez des retards, des obstacles ou des obstacles, vous risquez de trouver la tâche trop ardue et d’abandonner.

Si vous choisissez une petite tâche à accomplir, vous vous facilitez la tâche, et la réussite de chaque tâche simple renforcera la confiance, l’estime de soi et l’élan pour la prochaine tâche qui suit.

Stratégies pour commencer

Concevez GRAND, commencez petit

Sachez ce que vous voulez finalement construire, utilisez une conception globale qui tient compte de tous les aspects importants de la conception, puis construisez-le une petite pièce à la fois.

Déterminez l’échelle du projet

Qu’il s’agisse d’un jardin à conteneurs ou d’une forêt vivrière, ayez une idée claire de la taille du jardin. Tenez également compte de l’entretien du jardin. Une forêt alimentaire à part entière, très proche de la nature, nécessitera beaucoup moins d’entretien et de maintenance qu’un jardin urbain à conteneurs. Cela devient plus clair quand on pense à l’espace racinaire, à la disponibilité de l’eau, à la taille de la plante, etc. Rappelez-vous, personne n’a besoin d’arroser les forêts, de les tailler ou de les fertiliser !
Déterminez les éléments critiques de la conception, notamment l’eau, le soleil du vent, l’orientation du jardin, la proximité de la maison et l’emplacement des plantes en fonction des besoins. Aussi, n’oubliez pas de planter à la bonne saison, c’est-à-dire au milieu de l’été !

Priorités dans la conception

Une priorité essentielle de la construction est de mettre les éléments les plus importants sur la conception d’abord, puis de concevoir autour d’eux. Par exemple, dans un concept de forêt alimentaire empilée, les arbres entrent en premier, puis l’irrigation est mise en place. Ensuite, toutes les plantes progressivement plus petites sont plantées autour des arbres et de l’emplacement des lignes d’irrigation. Les plus petits éléments, comme les plantes couvre-sol, sont plantés en dernier. La raison d’être de ce processus est que vous ne pouvez pas creuser des trous de la taille d’un arbre dans des planches remplies de petites plantes, et l’installation de l’irrigation dans une planche plantée est l’un des exercices les plus longs et douloureux si vous essayez de ne pas endommager tous les plans dans les planches du jardin…

Conclusion

En résumé, le fait de décomposer la tâche de construire un jardin à partir de zéro en petits morceaux faciles à gérer, un lit de jardin à la fois, avec une conception globale complète pour guider vos efforts, le rend beaucoup moins intimidant qu’il n’y paraît au départ. Vous êtes plus susceptible de commencer quelque chose s’il ressemble plus à une taupinière qu’à une montagne ! Une fois que vous aurez terminé avec succès un projet comme votre propre jardin de permaculture, vous regarderez en arrière et serez heureux d’avoir fait cet effort. Si vous avez suivi un cours de permaculture, prenez le temps pour appliquer ce que vous avez appris. Rien ne renforce les connaissances comme leur application pratique. C’est en faisant que nous apprenons le mieux !

Auteur de l’article : Herve

Herve
Attentif à la cause environnementale depuis très longtemps, je peux partager ma passion via ce blog. Père des 3 enfants, heureux mari .. et propriétaire d'un chien et deux chats.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *